—    Edito de votre curé    –

Il y a quarante ans, le jour de sainte Marguerite-Marie Alacoque, le 16 octobre 1978, une fumée blanche annonçait l’élection d’un nouveau pape : Jean-Paul II.

Le pontificat de Paul VI avait été marqué par les contestations de l’autorité pétrinienne. De l’extérieur, l’Eglise était meurtrie par les persécutions du monde communiste. Le sourire de Jean-Paul 1er avait réconforté le peuple de Dieu pendant 34 jours, mais sa mort laissait la chrétienté abasourdie.

Le soir de la fête de sainte Marguerite-Marie, Dieu nous offrait Karol Wojtyla comme vicaire du Christ. Sa première homélie, le jour de son couronnement, préfigure son zèle qui l’enflammera jusqu’au dernier souffle : « N’ayez pas peur. Ouvrez, ouvrez les portes pour accueillir le Christ. Ouvrez à sa puissance salvatrice les confins de l’Etat, ouvrez les systèmes politiques et économiques, les immenses domaines de la culture, de la civilisation et du développement. »

Ce pape va ébranler le monde par la fermeté de son témoignage. Homme de prière et passionné de Dieu, rien n’arrêta ce pasteur bienveillant qui va parcourir le monde pour affermir ses frères dans la foi. Pas même l’attentat de Mehmet Ali Agça, le 13 mai 1981.

Jean-Paul II donna de nombreuses encycliques et enseignements de premier ordre. Il créa les JMJ pour insuffler un renouveau. Son œuvre apostolique fut immense. Et aux Français il demandait : « France, fille aînée de l’Eglise, es-tu fidèle aux promesses de ton baptême ? » (1er juin 1981)

Que son exemple nous encourage et que son intercession nous protège !

Votre curé, l’abbé Olivier Nicque

 

Paroisse des Albères utilise des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur son site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. J'accepte

Partager

Partager cette page avec vos amis