—    Edito de votre curé    –

 

Le 26 juillet 2016, à 9h43, Adel Kermiche et Abdel Malik Petitjean égorgeaient l’abbé Jacques Hamel, agressaient les fidèles dans l’église de Saint-Etienne du Rouvray et saccageaient le lieu de culte. L’un des paroissiens, Guy, qui fêtait alors ses 87 ans, est forcé de filmer la mise à mort du prêtre qui s’éteint en criant « Va-t-en, Satan ! » Le pauvre homme reçoit à son tour trois coups de couteau, sous les yeux horrifiés de Janine, son épouse, qui improvisa, dans un réflexe salutaire, un point de compression au cou. Il réchappa à la mort. Sœur Danièle, une des trois religieuses de Saint Vincent de Paul présentes, arriva alors sortir pour prévenir les secours.

Les deux musulmans, terroristes, voulaient semer le chaos et la haine, mais au Golgotha cela était terrassé. Les catholiques savent qu’être disciple du Christ c’est vaincre, par Lui et avec Lui, l’œuvre mortifère du menteur qu’est le démon. Pour être reconnu martyr, il faut avoir été tué en haine de la foi, alors l’Eglise regarde deux conditions : offrir sa vie pour transformer la haine en amour, et ne manifester aucune haine pour son bourreau. Ce 26 juillet, n’oublions pas…

Votre curé, l’abbé Olivier Nicque

 

Paroisse des Albères utilise des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur son site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. J'accepte

Partager

Partager cette page avec vos amis