—    Edito de votre curé    –

Au temps de Noël, l’Eglise médite les Evangiles de l’enfance de Jésus. L’enfant-Dieu n’accomplit rien de merveilleux. Rien de comparable aux récits mythologiques, ce bébé vit comme tous les enfants du monde. Il y a le chant des anges, l’adoration des bergers et des mages, mais la Sainte Famille reste humble et discrète.

Marie, toute loyale à Dieu le Père, offre son Fils au monde. St. Joseph, le descendant de David, dans une loyauté entière à Dieu et à sa promise, reçoit l’enfant-Dieu et leur consacre sa vie. Jésus est soumis et loyal à ses parents de la terre tout en manifestant publiquement sa loyauté à Dieu le Père, à 12 ans, lors du recouvrement au Temple.

La loyauté, c’est ce que Dieu attend de ses fidèles.

Il ne suffit pas de dire Seigneur, Seigneur. Il faut accomplir sa volonté. Au premier rang sa volonté, Dieu demande de l’aimer et d’aimer notre prochain. Il ne s’agit pas d’entrer dans une sentimentalité exacerbée, mais d’être loyal. Notre quotidien livre de multiples exemples des désastres de la déloyauté dans les familles, dans les associations, dans le monde du travail, dans le milieu politique. Comme chrétien, suivons l’exemple de la Sainte Famille, cultivons la loyauté en tenant la place que Dieu nous a donnée, sans prétention et sans négligence.

Votre curé, l’abbé Olivier Nicque

 

Paroisse des Albères utilise des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur son site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. J'accepte

Partager

Partager cette page avec vos amis