—    Edito de votre curé    –

Depuis la promulgation du nouveau Missel romain en 1972, la fête de la Visitation de la Sainte Vierge à sa cousine Elisabeth conclu le mois de Marie le 31 mai.

Cette fête est marquée par le chant du Magnificat qu’entonne Marie quand la salue Elisabeth. Cet hymne évangélique est récité chaque jour à l’office des vêpres par les âmes consacrées.

Dans chacune de nos vie, bien qu’il puisse y avoir des occasions de ne pas nous réjouir, comme Marie, le chrétien peut redire « mon âme exalte le Seigneur, exulte mon esprit en Dieu, mon Sauveur ! Il s’est penché sur son humble servante… ».

Le réalisme spirituel ne nous fait pas nier les peines ou les souffrances pour ne fixer notre attention que sur ce qui va bien. Comme l’explique le pape François : « nous ne devons pas oublier que pour bien prier, nous devons prier tels que nous sommes, sans maquillage. Il ne faut pas maquiller son âme pour prier. ‘Seigneur je suis ainsi’, et se présenter devant le Seigneur tel que nous sommes, avec les belles choses et aussi avec les choses laides que personne ne connaît, mais que nous, à l’intérieur, nous connaissons » (Audience générale, 14 octobre 2020) .

Alors où se trouve le motif d’exultation ? Comment, quotidiennement, oser faire nôtre le chant de la Vierge Marie ?

Le pape répond simplement à ces réserves : « le croyant sait que, même si toutes les portes humaines étaient fermées, la porte de Dieu est ouverte. Même si tout le monde avait prononcé le verdict de condamnation, en Dieu se trouve le salut ». Alors, que votre âme exalte le Seigneur !

abbé Olivier Nicque

Paroisse des Albères utilise des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur son site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. J'accepte

Partager

Partager cette page avec vos amis