Non-assistance à patrimoine en danger : Français, réinvestissez vos églises !

Mayenne, le 21 janvier 2023. Lors de ses vœux, David Besneux, le maire de la Baconnière, annonce que l’église ne sera pas rénovée mais finalement démolie. La charpente affaissée et la toiture endommagée, la « décision difficile » a été prise pour « assurer la sécurité de tous les habitants du village ».                                                                                                                   Dans le Maine-et-Loire, Franck Aubin, le maire de Beaupréau-en-Mauges, souhaite installer sa médiathèque dans l’église, la décision a été votée le 4 juin dernier au conseil municipal et la demande envoyée au préfet afin que ce dernier soumette à l’évêque d’Angers Mgr Delmas la question de la désacralisation de l’édifice. Pour le maire« le bâtiment devenant un bâtiment “public”, il semble plus opportun que le bâtiment soit désaffecté et désacralisé […] Ce serait une façon de faire que ce bâtiment soit le plus accessible à la grande majorité de la population. »

Ce ne sont pas les maires qu’il faut accabler mais bien tous ceux qui ont déserté ce patrimoine religieux alors que la loi de 1905 promet l’affectation « légale, exclusive, gratuite, permanente et perpétuelle » des églises.                              En revanche, la non-célébration du culte pendant plus de six mois consécutifs, l’insuffisance d’entretien mettant en péril la conservation de l’édifice et la sécurité  du public, le détournement de l’édifice de sa destination cultuelle permettent à une     commune de demander la désaffectation au préfet qui devra interroger l’évêque.

D’ici 2030, ce sont entre 2.500 et 5.000 églises qui pourraient disparaître, selon un rapport du Sénat qui prône une      « réappropriation et une resocialisation des édifices cultuels ». Que voulons-nous pour demain ? Voir fleurir les minarets et entendre l’appel du    muezzin comme à Cologne tout en fermant les yeux sur la démolition ou réaffectation de nos édifices religieux ? Prouvons que nos églises ne sont pas de vieilles pierres désaffectées ni de simples lieux de rencontres fraternelles socio-culturelles, mais bien un patrimoine vivant au cœur battant de prières C’est un enjeu de civilisation qui se joue sous nos yeux si nous ne défendons pas ardemment notre patrimoine religieux. Les pelleteuses ne sont pas loin…

 

    L’abbé Christophe KOWALCZYK – curé

Paroisse des Albères utilise des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur son site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. J'accepte