Au soir de Pâques, les disciples d’Emmaüs, enseignés par Jésus, le supplient : « RESTE AVEC NOUS, SEIGNEUR, LE SOIR APPROCHE » (Lc. 24, 29). Jésus demeure avec eux, et renouvelle les gestes de la Cène. Jean-Paul II expliqua : « d’ici peu, le visage de Jésus aurait disparu, mais le Maître ‘demeurerait’ sous le voile du ‘pain rompu’, devant lequel leurs yeux s’étaient ouverts » (Lettre apostolique Reste avec nous Seigneur, 7 oct. 2004).

A Emmaüs, les disciples passent de l’incrédulité à l’expérience de la présence du Dieu vivant. Le pape écrivait : « sur la route de nos inquiétudes, parfois de nos cuisantes déceptions, le divin Voyageur continue à se faire notre compagnon » (ibid.).

Aujourd’hui, alors que l’humanité se croyait toute-puissante, fière de sa science et de ses techniques, elle fait l’amère expérience de ses limites. L’Histoire Sainte et l’histoire de l’Eglise nous rappellent que Dieu seul est tout-puissant. Et il l’est pour le bonheur des hommes. Il nous a tant aimé qu’il s’est fait Homme. Le Vendredi St. il a subi la mort sur la croix pour nous délivrer des limites de notre nature. Il nous propose sa vie éternelle par la victoire absolue de son Amour le matin de Pâques.

La lueur d’Emmaüs brille dans la nuit de nos peurs et de nos pauvretés : Jésus reste avec nous, il est là dans son Eucharistie !

Votre curé, l’abbé O. Nicque

Paroisse des Albères utilise des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur son site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. J'accepte

Partager

Partager cette page avec vos amis